Ci dessous le poème d’Arnaut Daniel, référence essentielle donnée par Lacan comme curiosité de la sublimation.

Ce poème il n’y en a pas deux comme cela….Ainsi Lacan dit-il sont étonnement à la page 191 de L’Ethique lorsqu’il évoque le poème d’Arnaut Daniel, chantre de l’amour courtois.

De ce poème, les spécialistes « en sont embarrassés comme un poisson d’une pomme ». A vous de juger… (Bernard Lecoeur)

Puisque Raimon et Truc Malec
Vantent Dame Aiman et ses ordres,
Je serai déjà vieux et chenu
Avant de m’accorder avec leurs dires
Car il pourrait en venir de grands dommages ;
Car pour corner il est utile d’avoir un bec
Qui enlève ducorn les graviers ;
Et des plis sort une grande fumée.

Au corneur il faudrait un outil
Un bec qui fut long et pointu
Car le corn est sauvage, laid et poilu
Et n’est jamais sec,
Et son marais est si profond
Que la poix y fermente et monte
Et ne coule, régurgitée ;
Et je souhaite que jamais aucun amant
Ne collât sa bouche à ce corn.

Il y faudrait d’autres épreuves,
De plus belles et de plus valables
Et si seigneur Bernard s’y soustrait,
Par le christ, lui qui n’a pas été couard
Quand la peur et l’effroi l’ont pris.
Car le filet d’eau venu de l’amont
Lui réchaufferait tôt le cou et les joues ;
Et comment dame baiserait
Celui qui corne dans son corn puant.

Bernard, je ne suis pas d’accord
Avec ce que dit Raimon de Durfort
Que vous eussiez le moindre tort ;
Car si vous corniez par plaisir, vous trouveriez là contrefort
Et la puanteur vous aurait transformé en mort
Elle qui pue plus que fumier de ferme ;
Et vous, ne vous en déplaise,
Louez Dieu d’en être échappé.

Pour sûr vous avez échappé à un grand péril
Qui eut rejailli sur son fils
Et tous les descendants des Cornilh !
Mieux aurait fallu qu’il parte en exil
Que de corner dans l’entonnoir
Entre l’échine et le pénil
Là où son sang est comme rouille ;
Et sans qu’il eût l’assurance
Qu’elle ne pissât pas sur son nez.

Dame, que Bernard ne se lasse
De corner le corn sans grand douzil
Pour fermer le trou du pénil,
Puisqu’il pourrait corner sans péril.

Version Originale:

Pòis Raimon e’N Trucs Malècs
Chapten N’Aiman e sos dècs,
Enans serai vielhs e canècs
Ans que m’acòrt en aitals prècs
Dont puòsca venir tan grans pècs ;
Qu’al còrnar l’agra mestièrs bècs
Ab que’lh traissés del còrn los grècs ;
Que’l fums es fòrtz qu’ieis dins dels plècs.

Ben l’agr’ òps que fos becutz
E’l bècs fos longs et agutz
Que’l còrns es fèrs, laitz e pelutz
E nul jor non estai eissutz,
Et es priond dins la palutz
Per que relent’ ensús lo glutz
Qu’adès per si cor ne rendutz ;
E non vuòlh que mais sia drutz
Cel que sa boch’ al còrn condutz.

Pro i agra d’autres assais,
De plus bèls que valgron mais,
E si En Bernartz se’n estrais,
Per Crist, anc no’i fetz que savais,
Car le’n pres paors et esglais.
Car si’l vengués d’amont lo rais
Tot l’escaldèra’l còl e’l cais ;
E no’s convén que dòmna bais
Aquel qui cornès còrn putnais.

Bernartz, ges eu non m’acòrt
Al dich Raimon de Durfòrt
Que vos anc mais n’aguessetz tòrt ;
Que si cornavatz fort contràfòrt,
E la pudors agra’us tòst mòrt,
Que peitz òlh non fa fems en òrt ;
E vos, qui que’us en desconòrt,
Lausatz en Deu que’us n’a estòrt.

Ben es estòrtz de perilh
Que retrach fora son filh
E a totz aicels de Cornilh ;
Mielhs li fora fos en issilh
Que la cornès dins l’enfonilh
Entre l’eschin’ e’l penchenilh
Lai ont se sagna de rovilh ;
Ja non saubrà tant de gandilh
No’l compissès lo gronh e’l cilh.

Dòmna, ges Bernartz non s’estrilh
Del corn cornar sens gran dosilh
Ab que sèire’l trauc del penilh,
Puòis poirà cornar sens perilh.

D’après Arnaut Daniel, « Fin amor » et folie du verbe, introduccion e traduccion de Pèire Bec, Fédérop, Gardonne, 2012.

 

par B.Lecoeur